Après France- Angleterre, le banc des remplaçants

Après France- Angleterre, le banc des remplaçants

Le Banc des remplaçants

 

       Ce dimanche 10 février 2019, on voudrait l’oublier. Un jour pourtant qui peut marquer un tournant dans l’histoire du XV de France. Après une énième défaite frustrante la semaine dernière face aux pays de Galles, beaucoup d’incertitudes avant ce match si symbolique dans l’un des stades les plus mythiques du monde. Les anglais qui ont été impressionnant face aux irlandais ne vont pas venir pour cueillir des pâquerettes. Bizarrement, ils ont manqué même de leur arrogance coutumière avant le match. Etrange. Plus beaucoup de Français ne croient en cette équipe et a cette victoire face a nos pires ennemis malgré un espoir renouvelé au moment des hymnes, bien sur. Le sélectionneur Jaques Brunel a décidé de changer quelques joueurs dans le XV de départ, notamment en ré-sélectionnant Mathieu Bastareaud. Symbole d’un rugby de défi physique. Les mauvaises langues diront qu’il ne prend aucun risque et qu’il nous met 4 centres, 1 ailier a l’arrière et 1 pilier qui vient de Pro D2. Et les autres penseront qu’il n’avait pas le choix avec les blessures de Fofana et Médard.

 

 1 minute et 9 secondes ont suffit pour éteindre l’espérance naïve du supporter Français par l’essai de Jonny May. Puis, au fil des minutes, on déplore la médiocrité du jeu Français et la précision mécanique des anglais. Au « voltigeur » (sic) bar de supporters toulonnais, un indulgent n’en veut pas a nos minots constatant la supériorité des anglais. Conclusion 30 à 8 pour les anglais a la mi-temps. Le XV de France est totalement dépassé. En 2ème mi-temps, les bleus essayent tant que mal d’avancer mais les anglais sont impeccables sur leurs lignes de défense. Les cadres de cette équipe sont médiocres à l’exemple de Morgan Parra qui ne fait que des mauvais choix. Le capitaine Guirado qu’on qualifie de valeureux parait usé et nous étonne par ces erreurs de mains et ces fautes au sol. Camille Lopez  est comme toujours ni bon, ni mauvais, juste inutile. Pendant ce temps le réalisateur anglais montre le banc des remplaçants, le sang neuf, les minots ; que Brunel jette enfin dans le bain terrible de Twickenham. Bien tard.

 

Un joueur ? Antoine Dupont qui fait encore une entrée fracassante qui n’a pas froid aux yeux et qui avance au milieu de tous ces gros bras anglais. Un essai frustrant ? À la 50ème après un temps fort coté bleu, Slade intercepte puis tape au pied pour viser Ashton qui est pris sans ballon par Fickou : essai de pénalité et carton jaune pour Fickou. Un vrai calvaire pour les bleus. Un essai non valide ? A la 55ème alors que Bamba se met a la faute pour un plaquage haut dans le camp adverse. La pénalité est vite jouée. Le XV de la rose met de la vitesse après avoir franchi le premier rideau, coup de pied à suivre pour Farrell qui se couche pour aplatir après un duel entre Dupont et May. Après un contrôle à la vidéo, Owens valide l’essai alors que Dupont est clairement tenu par May au sol.

 

Au coup de sifflet final, le score est net est sans bavure (44 à 8) : La France humiliée. On a le droit aux mêmes mines accablées, l’embarras du capitaine, le coup de gueule de Bastareaud et les phrases bredouillées d’un sélectionneur égaré.  Après ce match, il va falloir se poser les bonnes questions pour le futur de cette équipe. Enfin tous les Français savent quelles sont les solutions sauf la fédération française de rugby et le sélectionneur : Brunel ne fait pas de choix, il est tétanisé, il a peur pour le futur proche qui est la coupe du monde. Il faut remettre une nouvelle génération comme celle qui a gagné la coupe du monde des moins de 20 ans en 2018, qui brille déjà en club comme Romain Ntamack. Le symbole de cette nouvelle génération qui est entrain de naître et qui doit impérativement prendre le pouvoir dans cette équipe. L’ère des Picamoles, Parra, Huget et terminé. Même le pauvre Guirado qui malheureusement  symbolise la dégringolade de cette équipe. Brunel ou un autre va devoir prendre des risques et s’inscrire sur la durée avec une nouvelle et jeune équipe. Il faut tourner la page de la génération qui ne connait que la défaite. L’équipe n’a pas de plan de jeu même si des joueurs sont capables de faire la différence par eux-mêmes (comme Dupont).  On peut relever la belle performance de Demba Bamba qui a déjà les épaules solides pour le niveau international. Romain Ntamack est considéré comme l’ouvreur des années à venir, alors pourquoi ne pas lui donner les clés du camion dés a présent ? Et pourquoi  Gaël Fickou (24 ans) a l’aile quand il mange la concurrence cette saison en Top 14 au poste de centre ? Les Anglais, les Irlandais  ont la même charnière depuis des années, pourquoi ne pas faire pareil en équipe de France avec Dupont-Ntamack ?

 

Tous, supporters, observateurs, anciens joueurs poussent en ce sens mais mystérieusement la fédération Française de rugby a la tête ailleurs ; Bernard Laporte ne mâchait pas ses mots sur les antennes radios contre les prédécesseurs de Jaques Brunel. On s’étonnait alors que les Collazo, Urios, Azéma, Labit et Travers, nos meilleurs entraineurs, aient refusé le poste de sélectionneur. Sans doute savaient –ils qu’ils n’auraient jamais eu réellement les mains libres ?

 

Ce match peut être une aubaine pour le futur du rugby Français. La balle est dans le camp de la fédération.

 

Malo Comor