Vénézuéla : Maduro prône le dialogue, le globe divisé

Vénézuéla : Maduro prône le dialogue, le globe divisé
Vénézuéla : Maduro prône le dialogue, le globe divisé

Juan Guaido, président du Parlement vénézuélien et du parti conservateur "Volonté populaire" (opposition) a prêté serment, s'autoproclamant président du Venezuela, lors d'une journée marquée par des manifestations pro et anti-Maduro. Donald Trump l'a reconnu officiellement et plusieurs autres pays ont emboîté le pas, tandis que d'autres ont affirmé leur soutien à Maduro. Suivez l'évolution de la situation en direct sur La Plume Libre.

[Direct interrompu - Dernièrement actualisé le 28.01.2019 à 17h04 - Cliquez ici ou appuyez sur F5 pour rafraîchir]

Info : nous avons indiqué, à tort, que Facebook et Instagram avaient retiré la certification aux comptes de Maduro. C'est faux, et cela a été démontré par l'AFP. Toutes nos excuses - le message sur ce live et le tweet erroné ont été supprimés.

Lundi 28 janvier

17h03 - Le bilan des manifestations est de 35 tués

Selon l'AFP, 35 personnes sont mortes, tuées par la police, suite aux manifestations monstres le 23 et 24 janvier dernier. Plus de 850 personnes ont été arrêtées, la plupart arbitrairement.

Vendredi 25 janvier

14h49 - Juan Guaidó n'exclut pas d'offrir une amnistie à Maduro, dans une transition éventuelle, selon une interview accordée à la chaîne de télévision américaine Univision.

14h45 - Bernie Sanders a appelé Donald Trump à ne pas reconnaître le "coup d'Etat" au Vénézuéla

Le sénateur démocrate américain Bernie Sanders a demandé au président américain Donald Trump de " ne pas soutenir les coups d'État " ou les " changements de régimes " en Amérique latine après avoir reconnu l'autoproclamé Juan Guaidó comme le leader légitime du Venezuela. "Nous devons tirer les leçons du passé et ne pas participer à des changements de régime ou à des coups d'État, comme nous l'avons fait au Chili, au Guatemala, au Brésil et en République dominicaine ", a déclaré M. Sanders

Jeudi 24 janvier

21h47 - Juan Guaidò introuvable depuis ce matin

Depuis qu'il a pris sa retraite de la plate-forme sur laquelle il a juré d'assumer la présidence intérimaire du Venezuela mercredi, on ignore où se trouve le chef du Parlement, Juan Guaidó, mais il a passé ces dernières heures à remercier les gouvernements et les institutions internationales, sur les réseaux sociaux, pour leur soutien. Deux personnes proches de Guaidó ont assuré que l'adversaire de Maduro est "bien gardé" mais que le lieu de sa localisation sera "gardé en réserve" au moins ce jeudi, en raison de l'incertitude concernant l'exercice de la justice.

21h45 - Le président du Salvador, Salvador Sánchez Cerén, a apporté son "soutien total" au gouvernement de Nicolás Maduro

Il a également prôné le dialogue pour trouver une solution à la "situation politique tendue" au Venezuela.

21h33 - L'Allemagne apporte son soutien officiel à Juan Guaidò

"L'Allemagne et l'Europe ne sont pas neutres. Nous supportons l'Assemblée nationale, qui a été élue démocratiquement. Maduo n'a pas de légitimité démocratique en tant que Président", a tweeté le compte du Minsitère des Affaires étrangères. Les Allemands appellent à de nouvelles élections.

21h14 - Nicolas Maduro "prêt" à un dialogue pour résoudre la crise politique

Maduro a annoncé qu'il accepte la proposition des gouvernements du Mexique et de l'Uruguay d'ouvrir un nouveau dialogue pour trouver une solution à la crise politique au Venezuela. "Le Mexique et l'Uruguay ont proposé la création d'une initiative internationale pour promouvoir un dialogue entre les parties au Venezuela, pour rechercher une négociation, pour rechercher la paix. Je suis prêt ", a-t-il déclaré lors de son discours d'ouverture de l'année judiciaire.

21h01 - Diplomatie

Le Canada va accueillir le groupe de Lima, organisme multilatéral créé à la suite de la déclaration de Lima du 8 août 2017 dans la capitale péruvienne, Lima, où des représentants de 12 pays (Canada + 11 pays d'Amérique latine dont le Brésil, le Pérou ou encore l'Argentine) se sont réunis afin d'établir une sortie pacifique de la crise au Venezuela. en février ou en mars pour discuter des prochaines étapes concernant la présidence du Vénézuéla et ses conséquences diplomatiques, selon l'agence de presse Reuters.

20h58 - Urgent : 26 morts, tués pour la plupart par la police (OCVS)

Selon l'Observatoire vénézuélien du conflit social (OVCS), le nombre de morts lors des manifestations contre Maduro au Venezuela ces derniers jours est passé à au moins 26. "Jusqu'à 14h00 (18h00 GMT), 26 personnes ont été tuées dans des manifestations. Ce bilan n'inclut que les victimes dont l'identité a été confirmée ", indique un message de l'ONG diffusé sur Twitter.

20h45 - Urgent : Maduro assure qu'il continuera à régner

"Je continuerai à gouverner jusqu'en 2025, avec courage, et avec le soutien civico-militaire du peuple ", a déclaré M. Maduro. Nicolas Maduro a été réelu en mai 2018 dans une élection très contestée avec des soupcons de truquage. L'abstention avait été forte - plus d'un Vénézuélien sur deux ne s'était pas déplacé.

20h42 - Juan Guaidò sollicite une aide humanitaire américaine

Dans un communiqué, Mike Pompeo a assuré avoir entendu la requête de Juan Guaidò, considéré comme le nouveau Président du Vénézuéla par les Etats-Unis et une bonne partie de l'Occident. Plusieurs millions de dollars vont être immédiatement débloqués pour fournir eau et aides humanitaires urgentes, de première nécessité.

20h39 - Le président Maduro, déclaré illégitime par Macron et Trump (entre autres) a qualifié le secrétaire d'État américain Mike Pompeo de "maître impérial" de Guaidó.

Maduro s'est exprimé et s'est demandé si "le président d'un pays" est élu à Washington et proclamé "dans la rue".

"La République et la patrie ne seront pas perdues pour nous", a déclaré le président vu comme illégitime par une bonne partie du globe. "Ils veulent intervenir au Venezuela", a dénoncé Maduro. "C'est entre les mains de la magistrature", a-t-il encore dit.

20h34 - Nouvelle allocution de Nicolas Maduro

Nicolás Maduro a assuré qu'"il y a un coup d'état en cours auquel nous devons faire face avec toute la forteresse" et a rejeté l'imposition d'un "gouvernement fantoche que personne n'a choisi". Maduro a également nié que les conditions constitutionnelles soient réunies pour que l'Assemblée puisse prendre le pouvoir.

20h18 - 21 morts dans les heurts dans tout le pays, selon plusieurs ONG

Le bilan est incertain, HRW au Vénézuéla parle de 14 morts depuis mercredi, certaines sources évoquent 21 morts, sans compter ceux tués mardi. Il est difficile d'établir un bilan précis étant donné que peu de chiffres nous parviennent. La situation est toujours très tendue, des heurts ont toujours lieu à Caracas mais aussi dans des villes plus rurales.

19h45 - Le pape « appuie tous les efforts visant à éviter » des « souffrances » aux Vénézuéliens

"En visite à Panama, le pape François a pris connaissance des nouvelles en provenance du Venezuela. Le Saint-Père suit de près l'évolution de la situation et prie pour les victimes et pour tous les Vénézuéliens. Le Saint-Siège appuie tous les efforts visant à éviter que d'autres souffrances ne soient infligées à la population", selon un communiqué publié par le porte-parole par intérim du Vatican, l'Italien Alessandro Gisotti.

Depuis mardi, des foyers de protestation dans le pays ont fait 16 morts, selon des organisations de défense des droits humains. Dans la nuit, des troubles ont éclaté dans des quartiers populaires de la capitale. L'aggravation de la crise politique intervient en pleine débâcle économique dans ce pays pétrolier, jadis prospère et désormais frappé par d'importantes pénuries de nourriture et de médicaments, et soumis à une hyperinflation qui devrait atteindre 10.000.000% en 2019.

L'ONU estime que, depuis 2015, environ 2,3 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, et prévoit que ce chiffre grimpe à 5,3 millions en 2019 à cause de la crise économique.

19h39 - L'ambassade du Vénézuéla aux Etats-Unis a cessé l'ensemble de ses services

Une info qui vient tout juste de tomber. Suite aux ruptures diplomatiques annoncées par Maduro envers le pays dirigé par Trump, l'ambassade du pays, située à Washington, a cessé tous ses services consulaires. Trump a pourtant assuré que Maduro n'avait plus de létimité à rompre des relations diplomatiques étant donné qu'il ne le considérait pas comme président. Juan Guaidò a aussi appelé les ambassades à obéir à ses ordres et non à ceux du dictateur d'extrême-gauche.

18h19 - Communiqué du Président du Parlement européen, qui demande le départ de Maduro

"Face au mécontentement général, Maduro doit partir maintenant", a soutenu dans un communiqué Antonio Tajani, membre du Parti Populaire Européen (PPE, conservateur). "Il est clair que le peuple vénézuélien en a assez du régime illégitime de Maduro, qui n'a pas gagné la présidence lors d'élections libres et équitables et s'accroche au pouvoir en emprisonnant l'opposition", a ajouté Antonio Tajani.

Le président du Parlement européen a annoncé s'être entretenu par téléphone avec le Président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, et lui avoir "réitéré le soutien du Parlement européen".

"Le Président Juan Guaido est le seul interlocuteur institutionnel au Venezuela parce que c'est lui qui jouit de la légitimité démocratique. Juan Guaido s'est autoproclamé mercredi "président" par interim du Venezuela. Le Parlement européen examinera la situation au Venezuela lors de sa session plénière la semaine prochaine dans son hémicycle à Bruxelles et adoptera une nouvelle résolution d'urgence sur ce sujet, a précisé Antonio Tajani.

16h28 - Nicolas Maduro compte désormais sur son armée

L’armée, soutien indéfectible de M. Maduro, a rejeté l’autoproclamation de Juan Guaido, 35 ans :

« L’armée défend notre Constitution et est garante de la souveraineté nationale. »

Le gouvernement compte également sur la Cour suprême qui devrait se réunir jeudi. Peu avant la proclamation de M. Guaido, la plus haute juridiction du pays, composée de fidèles au régime, avait annoncé avoir ordonné une enquête pénale contre les membres du Parlement en les accusant d’usurper les prérogatives du président.

Le Parlement a approuvé mardi une promesse d’« amnistie » aux militaires qui refuseraient de reconnaître le nouveau mandat de Maduro, défiant la Cour suprême, laquelle a déclaré nulles toutes ses décisions.

15h12 - La porte parole de la diplomatie russe critique l'ingérence des états occidentaux

"Les évènements qui se déroulent actuellement au Venezuela montrent clairement l'attitude de la communauté internationale progressiste envers le droit international, la souveraineté et la non-ingérence dans les affaires intérieures d'un pays où elle chercher à changer le pouvoir", a déclaré Maria Zakharova sur sa page Facebook. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères est en Algérie, où le ministre russe Sergueï Lavrov entame une visite d'État de plusieurs jours dans la région.

15h03 - La Russie menace les Etats-Unis

Poutine, qui soutient Maduro, a avertit les Etats-Unis de toute intervention militaire qui pourrait conduire à une escalade des tensions et à la guerre civile, d'après NBC. La Russie se réserve le droit d'intervenir si les Américains se mêlent de la situation au Vénézuéla.

14h43 - Le chef de l'ONU appelle au dialogue et craint un désastre

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé jeudi au "dialogue" au Venezuela pour empêcher une "escalade" qui mènerait au "désastre", en marge du Forum économique mondial de Davos. "Nous espérons que le dialogue soit possible pour éviter une escalade menant à un conflit qui serait un désastre pour la population du pays et pour la région", a dit M. Guterres.

14h36 - Communiqué de Macron

Sur Twittr, le Président francais s'est exprimé, affirmant soutenir la démocratie au Vénézuéla "après l'élection illégitime de Maduro en mai 2018".

9h43 - Le bilan des heurts et de la répression policière s'est alourdi à 16 morts.

9h10 - La liste des pays soutenant toujours Maduro comme président du Vénézuela s'allonge

La Chine, l'Iran, le Nicaragua, Cuba, le Mexique, la Bolivie, la Turquie affirment que Juan Guaidò est illégitime.

Mercredi 23 janvier

22h49 - Le Guatamela et la Colombie reconnaissent Juan Guaido

Les deux chancelleries ont officiellement reconnu le président de l'Assemblée nationale comme Président de la République du Vénézuéla. Ils ont appelé à la tenue d'élections libres "le plus rapidement possible". Pour eux, Juan Guaido est le seul dirigeant légitime du pays. "Maduro doit abdiquer et laisser sa place".

22h24 - La Russie soutient Maduro

Urgent : Poutine vient d'annoncer qu'il soutenait Maduro contre ce coup d'Etat. Il a refusé d'emboîter le pas aux Américains.

22h15 - Les Etats-Unis répondent à Maduro

Le département des affaires étrangères renvoie tous les diplomates du Vénézuéla et affirme qu'il n'accueillera désormais que ceux nommés et reconnus par le nouveau président, Juan Guaido.

22h13 - Deux manifestants tués par la police

Des heurts très violents entre manifestants anti-Maduro et forces du régime ont lieu à Plaza Bolívar, Valle la Pascua-Guarico. Deux autres protestataires auraient été tués d'après certaines sources.

22h00 - Juan Guaido s'est réfugié dans l'ambassade d'Equateur

Il dit craindre pour sa vie. Il a cependant appelé les officiels et diplomates à ne plus suivre les ordres donnés par Maduro, qu'il considère désormais comme illégitime.

21h55 - Le président turc a appelé Maduro

Erdogan a fait cela pour montrer son soutien au dictateur d'extrême gauche actuellement au pouvoir.

21h44 - La France se tient informée (ministère des Affaires étrangrères)

Elle prendra une décision "en accord avec ses partenaires européens".

21h30 - URGENT : Le Venezuela rompt toutes ses relations diplomatiques et commerciales avec les Etats-Unis

Maduro a annoncé que les Américains sur place avaient 72 heures pour quitter le pays, en proie à une crise institutionnelle après l'auto-proclamation de Juan Guaido comme Président.

21h21 - Le Chili reconnaît à son tour Juan Guaido comme président du Venezuela

Maduro s'est quant à lui exprimé sur Twitter.

21h04 - Heurts très violents en cours à Caracas

Après les manifestations monstres, la situation se tend de plus en plus. Des heurts ont été signalés entre forces du régime et manifestants anti Maduro. De plus en plus de pays ont reconnu Juan Guaido comme le président. Situation politique confuse et instable. Des blessés et des arrestations ont été signalées.

20h55 - Diplomatie

D'autres Etats ont officiellement reconnu Juan Guaido comme Président du Venezuela : - les USA - le Canada - le Paraguay - la Colombie - l'Argentine - le Pérou - le Brésil - l'Equateur - le Costa Rica

Le Mexique a en revanche affirmé que Maduro était toujours considéré comme le Président.

20h32 - "toutes les options" sont sur la table si Maduro a recours à la force, prévient Washington

20h27 - Guaido veut organiser des élections libres

 Le jeune opposant Juan Guaido, qui s'est auto-investi président du pays, a par ailleurs dit vouloir s'appuyer sur l'armée pour l'aider à remplacer Nicolas #Maduro et organiser des élections libres.

19h58 - Pourquoi des manifestations le 23 janvier ?

L'opposition avait soigneusement choisi la date de cette manifestation. Le 23 janvier 1958 avait pris fin la redoutable et très répressive dictature de Perez Jimenez. À l'époque, le régime était tombé grâce à la conjonction d'une protestation populaire et d'un soulèvement militaire contre le dictateur. Cette révolution avait donné naissance à la plus longue période démocratique que le pays a connue depuis son indépendance.

19h45 - Répression policière

De nombreux manifestants ont été injustement arrêtés, certains ont été tués par la police (au moins). Situation très tendue dans le pays.

19h29 - Pannes majeures en cours dans le pays

Internet et de nombreux réseaux sociaux sont coupés dans le pays. Situation insurrectionnelle en cours.

19h18 - Plusieurs morts dans des manifestations anti-Maduro dans tout le pays. Quelques contre-manifestations, en soutien au dictateur d'extrême gauche, ont éclaté. De violents heurts ont opposé la police, au service du parti au pouvoir, et les milliers de personnes dans la rue. Le peuple demande la "liberté".

19h15 : URGENT - Donald Trump reconnaît le Président du Parlement comme le Président du pays

19h08 - Manifestation de centaines de milliers de personnes anti-Maduro

Des centaines de milliers de personnes défilent actuellement à Caracas contre la dictature d'extrême gauche de Maduro.