Eric Drouet et Maxime Nicolle passent "à l'offensive"

Eric Drouet et Maxime Nicolle passent "à l'offensive"

Eric Drouet a annoncé ce mercredi matin sur le plateau des GG de RMC qu’il allait déposer plainte contre le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour « dénonciation calomnieuse ».

L’affaire fait suite au communiqué de « La France en colère !!! » ce samedi soir, où Eric Drouet avait évoqué dans un communiqué « l’état d’urgence du peuple », appelant « à un soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires pour que plus personne ne soit victime de ces blessures de guerre ». Il était ensuite revenu sur ses propos, affirmant qu'il n'appelait pas au soulèvement, mais maintenant tout de même que le gouvernement devait absolument répondre, et le plus vite possible, aux attentes des Gilets Jaunes, qui ont encore manifesté en masse samedi dernier pour leur onzième acte consécutif.

Castaner avait fermement condamné cette déclaration

« C’est un appel à l’insurrection. C’est quoi ‘tous les moyens utiles et nécessaires’ ? Les boules de pétanque jetées sur les policiers, c’est déjà fait. Les pavés, c’est déjà fait. Les cocktails Molotov, c’est déjà fait, a affirmé Christophe Castaner sur BFMTV ce mardi matin.

« Cette dernière déclaration relève à mon sens de l’infraction pénale. Nous ferons ce qu’on appelle un article 40 pour que le procureur décide s’il veut poursuivre ou pas. Vous vous rendez compte qu’il appelle à utiliser de nouvelles armes alors qu’aujourd’hui il y a des cocktails Molotov ? » a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Une plainte pour « dénonciation calomnieuse »

En réaction aux propos de Christophe Castaner, Eric Drouet a annoncé son intention de déposer plainte pour « dénonciation calomnieuse »« Nous avons décidé de porter plainte pour ‘dénonciation calomnieuse’ contre Christophe Castaner. Quand nous parlons de soulèvement, nous parlons de mobilisation lors des manifestations. Les accusations qu’il porte sont très graves » a-t-il expliqué.

Maxime Nicolle lance un ultimatum et menace de quitter le pays

En plein Grand débat national - dénoncé par Mediapart et Chantal Jouanno comme un énorme coup de communication - la figure bien connue des Francais est apparu, dans un live Facebook, très en colère et remonté contre le gouvernement actuel. "Si dans les deux semaines qui suivent, il n'y a aucune avancée, aucune avancée concrète financière envers le peuple et pour tous les membres de la population, pas certains petits groupes comme 'on va prendre tel machin'... Non, c'est tout le monde!", assène Maxime Nicolle, qui énumère ensuite "toutes les personnes qui sont dans la merde dans ce pays, alors qu'ils essayent de s'en sortir". "Si vous ne faites pas ça, dans deux semaines, je pars de ce pays, je fais une demande d'asile constitutionnel et je me battrais à l'extérieur, mais je peux vous garantir que j'y passerais ma vie (...) jusqu'à ce que j'en crève".

Maxime Nicolle précise ensuite, qu'en cas d'exil, il choisirait un pays où l'extradition est interdite. "Comme ça, vous n'irez pas me foutre en prison", indique-t-il, se comparant à Julian Assange, qui a trouvé asile dans l'ambassade d'Équateur à Londres en juin 2012. "On demande une action pacifique, écoutez-nous (...). Si vous ne le faites pas, ce sera de votre responsabilité et pas de la nôtre". Il a également ajouté qu'il pourrait demander une aide à l'ONU pour venir assister la population tricolore, qui "souffre énormément" selon lui.