La SNCF bannit deux urinoirs en gare de Brest au nom de l'égalité

La SNCF bannit deux urinoirs en gare de Brest au nom de l'égalité

Malgré la grève du 5 décembre, c'est une information qui n'est pas passée inapercue auprès de nos confrères de Ouest-France - et qui fait majoritairement grincer des dents. On vous explique.

Pour les habitués, la décision est surprenante, voire désagréable. Dans les WC pour hommes, les deux urinoirs ont été démontés et enlevés. Les traces sont visibles sur le mur. Une décision qui surprend les hommes qui entrent dans les lieux, car habituellement, il y a des urinoirs dans les toilettes pour hommes (jusque là, tout est normal).

Sur le mur de droite, les deux urinoirs manquants des toilettes pour hommes.

En cause ? Un agent SNCF invoque « une association féministe », sans préciser laquelle. Mais en quoi les urinoirs seraient-ils incommodants ? En octobre, sur les réseaux sociaux, on a pu lire des messages choqués. Comme celui d’Haïdée, sur Twitter : « Merci à la SNCF de la ville de Brest pour cette pépite sexiste ! Des urinoirs gratuits pour les hommes mais des toilettes payantes pour les femmes. Pour faire la même chose. Est-ce votre conception de l’égalité ? ». Des urinoirs gratuits pour les hommes et des toilettes payantes pour les femmes, cela ne passe pas pour certains sur Twitter. En clair, à chaque fois que les femmes doivent aller au petit coin, elles doivent débourser 20 centimes d'euro, alors que les hommes peuvent y aller sans débourser un sou. Et comme la SNCF semble tenir à son image sur les réseaux sociaux, elle a confié "réfléchir à une solution pour y remédier". La SNCF a entendu les doléances des associations féministes et a trouvé comme solution... la suppression pure et simple des urinoirs. « Nous aurions voulu rendre la totalité des toilettes payantes, y compris les urinoirs. Mais la configuration de la gare ne s’y prête pas. Nous avons donc supprimé les urinoirs », explique Thierry Chaplais, responsable des relations médias à la SNCF. En réalité, la SNCF craint des "coûts" de ménage et de nettoyage des WC et fait donc payer les utilisateurs 20 centimes d'€.

Si certains auraient sans doute préféré la gratuité pour tous, la SNCF se réfugie derrière les coûts de fonctionnement, notamment liés au nettoyage. Mais, selon un agent SNCF, cela pourrait se révéler contre-productif, notamment parce qu'il n'y a plus désormais qu'un seul WC chez les hommes. Un agent confie craindre que des hommes pressés fassent contre le mur, "ce qui rajoute du travail à notre agent de nettoyage". De plus, la SNCF a-t-elle rétabli l’égalité parfaite (puisqu'elle semble vouloir trouver des solutions) ? « Il n’y a qu’un seul WC toilette chez les hommes mais deux chez les femmes ! », proteste un monsieur, habitué de la gare. Enfin, un autre problème de taille se pose : pour pouvoir faire ses besoins dans le WC (et c’est idem chez les femmes), il faut une pièce de 20 centimes. Et pas autre chose. Impossible de payer par carte bancaire, ou avec une autre pièce - pas de rendu de monnaie ou d'automate. Des usagers témoignent avoir vu un homme devoir se retenir car il n'avait qu'une pièce d'1 € et que personne ne pouvait lui faire de la monnaie. La SNCF a parfois l'art de rendre les choses simples et banales compliquées. Et la solution trouvée fait pester les deux genres. Aucun doute, l'égalité a été rétablie dans la gare SNCF de Brest.

 

Télécharger l'article I Lire en mode zen