Lettre à ma culture

Lettre à ma culture

France, 10/05/2020,

Demain est donc le début du jour d'après, ou le début de la saison 2 de 2020. Enfin pour certains. Trop tôt pour d'autres. Mais demain ne changera pas, le 11 mai et le début du déconfinement se trouvent en ce jour. Mais ce jour ne devra pas marquer un retour à la vie telle qu'elle était il y a trois mois. Car plus rien ne sera pareil. Nos habitudes devront changer, la bise, les poignées de mains, il n'y en aura plus pour quelques mois, ou même quelques années. Mais c'est un moindre mal. Avant toute chose, chaque personne devra réaliser les gestes barrières. Si ce n'est pas pour elle, qu'elle le fasse pour les autres.

Également, pour les personnes en première ligne : docteurs, infirmiers, médecins, et tout ceux ayant réalisés des gestes de grande classe, comme la distribution de nourriture, notamment du côté des boulangers et des restaurateurs, on leur doit bien ça. Ce fut cinquante-cinq jours de bataille. Ce ne fut pas une bataille avec des armes. Ce fut une bataille avec notre mental, peut-être la plus importante bataille de l'Histoire. Mais nous n'avons pas gagné, et on doit s'en rappeler. Lorsque Demain arrivera, on ne devra pas sortir comme si c'était une libération, comme si rien n'avait changé, car Tout a changé. Mais tout de même, aidons nos lieux de culture à revenir à la vie petit à petit, visitez vos proches avec les gestes barrières qui vont de soi, courez, baladez-vous, profitez de la vie mais sans en abuser. Car en une seconde, la vie, elle, peut s'enfuir, comme dirait le chanteur An'Om. Nous sommes des combattants. Des guerriers. Des guerriers sans arme. Des guerriers avec nos sourires. Des guerriers avec nos écrits et nos pensées.

À l'heure actuelle, on devait commencer à se réjouir devant le Giro di Italia, se précipiter dans les stades pour encourager nos équipes avant les derniers matchs de la saison, on devait se préparer pour l'Euro 2020 qui allait avoir lieu en juin. Il n'en sera rien. Avant le retour au sport, il y a la nécessité d'une santé optimale, celle après laquelle on court durant toute notre vie. Ce COVID-19 aura eu raison de bien des choses. Ces cinquante-cinq jours de confinement auront donné lieu à de mûres réflexions. Après tout, les médias doivent donner l'exemple. Chez LaPassionSportive, nous réaliserons ce pour quoi nous sommes là : nous continuerons à vous faire rêver avec nos articles. À partir de cette semaine, nous réaliserons des stories trois fois par semaine, et des grands récits sur des compétitions extraordinaires. Nous changerons nos habitudes, nous ne parlerons pas du présent, nous parlerons du futur, et de comment le sport changera au fil des jours à venir. Au Nord, c'étaient les corons, dans le monde, ce sera la réflexion. Nous sommes tous passionnés par le sport, mais nous devons à jamais nous rappeler qu'avant tout sportif, il y a un homme, une femme. Il y a un corps, une famille autour. Il faudra toujours s'en souvenir. Qu'importe que nous ayons perdu les Jeux Olympiques cette année. Ce qui importe, c'est la santé. La santé doit primer sur tout. Et au pire, si ce n'est pas Aujourd'hui, ce sera Demain que nous vivrons de magnifiques expériences. La Coupe du Monde, l'Euro, les Jeux Olympiques, des Championnats du Monde, d'Europe, des Tours de France, d'Espagne, ou d'Italie, des Ligue 1, des Liga, des Bundesliga, et tout autre compétition tant aimée. Nous les retrouverons, tôt ou tard. La santé, on doit la retrouver maintenant.

Vive le sport, vive la culture.

A bientôt, João.

Le quartier du Vieux-Lille n'a jamais été aussi calme. Les cris des oiseaux s'entendaient. La nature reprenait sa liberté.

Devant la gare de Tokyo, le 27 avril dernier, une seule personne se balade. (Reuters)