L'Indonésie durement touchée

L'Indonésie durement touchée
L'Indonésie durement touchée

Les séismes se suivent et se ressemblent dans le monde en ce moment. Le réchauffement climatique accroît le nombre de tremblements de terre dans le Monde. Vendredi 28 septembre, c'était Palu, en Indonésie, qui a été frappé. Très grande ville de l'Est avec plus de 350 000 habitants, le tsunami, qui a suivi le tremblement de terre, aura tout balayé sur son passage. Les maisons comme les vies.

Un message d'alerte victime de disfonctionnements

C'est sûrement le point capital de cette affaire. Le message récurrent d'alerte au tsunami, qui est souvent activé après un tremblement de terre, a bien été émis à Palu. Pourtant, quelques minutes après, cette alerte a été désactivée. Ce bug a impliqué une sécurité relativement faible sur les côtes indonésiennes. Le tsunami qui a suivi n'aura pas attendu la protection des habitants, et aura emporté plus de 2000 personnes dans ses grosses vagues de plus de deux mètres.

Toujours plus de 5000 personnes disparues

Le bilan du tsunami est loin d'être finalisé, loin d'être clos : en effet, deux quartiers de Palu, Petobo et Balaroa, n'ont toujours pas pu être secouru, les deux étant trop dévastés. Ce sont les deux chefs de village qui ont dévoilé le lourd tribut de 5000 disparues, le 5 octobre, et ont ajouté que les recherches se poursuivront jusqu'au 11 octobre. À compter de cette date-là, les disparus seraient considérés comme morts. 

L'ONU a déclaré que l'organisation était en quête de  50,5 millions de dollars afin d'oeuvrer pour mettre au point un plan d' "activités de secours immédiats". Ce plan servirait à secourir les disparus mais aussi à venir en aide aux 190 000 personnes délogés par le tsunami, qui aura causé des dégâts dans plus de 65 000 habitations, dont 10 000 ont été totalement détruites. Un long processus loin d'être finalisé.

​​Crédits photos : Getty Images