Spéculations et mystères autour de la santé de Kim Jong-un

Spéculations et mystères autour de la santé de Kim Jong-un

Le 15 avril dernier, la République populaire démocratique de Corée fêtait le 108e anniversaire de Kim Il Sung, fondateur du régime et grand-père de Kim Jong-un. Mais une absence est remarquée pendant les célébrations, c'est celle de Kim Jong-un en personne, actuel dirigeant de la Corée du Nord. Jamais depuis son accession au pouvoir en 2011, il n'a manqué cette date anniversaire du 15 avril. Les spéculations fusent alors, le dirigeant est-il malade ? A-t-il attrapé le Covid-19, est-il décédé ? Les questions étaient sans réponse jusqu'à ce mardi 21 avril.

Le média "Daily NK", site spécialisé sur la Corée du Nord et basé au Sud dévoile que le leader suprême est "sous traitement après une opération au coeur", que le dictateur aurait subie le 12 avril dernier dans un hôpital du comté de Hyangsan, au nord de Pyongyang. "La raison du traitement cardio-vasculaire urgent qu’a subi Kim était son tabagisme excessif, son obésité et sa fatigue" toujours selon le Daily NK. Des médias américains citant un responsable américain, annonçaient ce mardi 21 avril, que Washington "étudie des informations" selon lesquelles Kim Jong-un était dans un "danger grave après une opération chirurgicale et en situation de mort cérébrale", une information vite démentie par Séoul et qui rassure sur son état de santé : "Nous n’avons rien à confirmer et aucun mouvement particulier n’a été détecté en Corée du Nord" a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la présidence sud-coréenne.

 

En 2014, le dirigeant avait "disparu", pour réapparaître quarante jours plus tard, une canne à la main, les services de renseignements sud-coréens avaient affirmé qu’il avait subi une opération à la cheville. En cas de décès de Kim Jong-un, qui pourrait être son successeur ? La succession reste actuellement floue, le régime est basé sur la dynastie de la famille Kim. Si Kim Jong-un a des enfants, ce qui n'est pour l'heure toujours pas confirmé, ils seraient trop jeunes pour diriger le pays, et concernant sa fratrie, son grand frère, Kim Jong-nam a été assassiné mystérieusement en 2017. La seule personne médiatisée par le parti est la soeur du dirigeant : Kim Yo-jong, mais le régime étant très paternaliste, l'arrivée d'une femme à la tête du pouvoir n'est pas impossible mais peu probable.

Le dirigeant nord-coréen ne dispose pas du même système de santé que la population nord-coréenne. En effet, selon le quotidien nippon "Yomiuri", des médecins français étaient venus à Pyongyang en janvier, dans le secret le plus total, pour ausculter le dirigeant. Ce n'est pas la première fois que la Corée du Nord fait appel à des médecins français pour soigner ses dirigeants. Le professeur François-Xavier Roux a notamment soigné à plusieurs reprises le père de Kim Jong-un, Kim Jong-il, en 1993 pour une chute à cheval et en 2008 pour un AVC. La santé des dirigeants nord-coréens a toujours été un sujet sensible et un secret. Le mystère reste donc entier sur la santé et la succession de Kim Jong-un.