Angela Merkel et l'Allemagne obtiennent (enfin) leur gouvernement

par La Plume Libre 07 Février 2018

Enfin. Après quatre mois d'instabilité politique - et l'échec d'une coalition "Jamaique" - Anegla Merkel va pouvoir vraiment commencer son quatrième mandat en tant que chancelière. Les négociations pour former une coalition gouvernementale ont duré toute la nuit. Mercredi 7 février, les conservateurs de la CDU d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD ont trouvé un accord pour gouverner, après quatre mois d'une impasse politique en Allemagne, selon des médias allemands. Ce compromis, obtenu dans la douleur après des semaines de tractations et un dernier round de 24 heures de négociations sans interruption, reste toutefois suspendu à un vote des militants du parti social-démocrate, prévu dans les semaines à venir.

Selon Der Spiegel et la Süddeutsche Zeitung, les sociaux-démocrates ont obtenu d'importants ministères dans la future coalition : les Affaires étrangères, le Travail, et surtout les Finances, ce qui marque une rupture avec l'héritage du conservateur très orthodoxe Wolfgang Schäuble qui occupait ce poste jusqu'à fin 2017. L'issue de cette consultation des militants est cependant incertaine et ses résultats ne devraient être officiellement annoncés que dans les premiers jours de mars. 

Pour entamer son nouveau mandat à 63 ans, la chancelière devra encore franchir un obstacle de taille avec le vote prévu des quelque 460 000 militants du SPD. Ces derniers seront appelés à approuver ou rejeter l'accord lors d'une consultation interne par courrier étalée sur plusieurs semaines. Or, le plus vieux parti allemand créé à la fin du XIXe siècle reste très divisé sur l'opportunité même de servir à nouveau d'appoint aux conservateurs au pouvoir. 

Mardi, Angela Merkel s'était déclarée prête à faire des "compromis douloureux" pour parvenir enfin à former un gouvernement. L'Allemagne est privé de gouvernement et de majorité depuis les élections législatives du 27 septembre. La CDU était arrivée en tête, mais sans majorité, la chancelière devant donc nouer de nouvelles alliances pour gouverner. 

Angela Merkel est donc redirigée à la présidence de CDU, et valide son quatrième mandat. Andrea Nahles, quant à elle, va succéder à Martin Schulz à celle du SPD : les deux plus grands partis politiques allemands seront donc présidés par des femmes

"Nous avons un contrat de coalition" entre les démocrates-chrétiens (CDU/CSU) et les sociaux-démocrates du SPD", a déclaré Peter Altmaier, ministre des Finances et de la Chancellerie, après plus de quatre mois d'impasse politique.

Laminé aux législatives septembre avec son plus mauvais score de l'après-guerre (20,5%), le SPD continue depuis à baisser dans les sondages. Une dernière enquête cette semaine ne le crédite plus que de 17%, soit presque le même niveau (15%) que l'extrême droite. Pour tenter d'amadouer ses militants sceptiques, Martin Schulz a obtenu que l'accord de gouvernement inclue une clause de réévaluation au bout de deux ans, une manière de mettre Angela Merkel en sursis dès le début de son mandat. 

Cet accord prévoit notamment que les sociaux-démocrates obtiendront les ministères-clés des Finances - ce qui marque une rupture avec l'héritage du conservateur très orthodoxe Wolfgang Schäuble titulaire du poste jusqu'à fin 2017 - et des Affaires étrangères, selon les médias allemands. Le SPD pourra compter aussi sur les Affaires sociales. 

Partager sur