Des appartements privés de l'Assemblée Nationale occupés... gratuitement !

par Stanislas Racine 22 Janvier 2018

L'Assemblée disposerait d'appartements privés qui seraient occupés par des fonctionnaires de l'Assemblée. Selon France Inter, près de 1700 m² seraient mis à la disposition des fonctionnaires sans que ces derniers n'aient à débourser de loyer.

Les députés manquent de place. Ce n'est pas nouveau. À la veille de Noël, l'Assemblée nationale avait décidé de rester propriétaire de l'Hôtel de Broglie, un bâtiment de 7000 mètres carrés, situé à proximité du palais Bourbon. Une vingtaine de millions d'euros devaient être dépensés pour aménager des bureaux avec lit, des salles de réunion, une crèche et abriter les réserves de la bibliothèque de l'Assemblée nationale menacées en cas de crue de la Seine.

Mais, selon un document révélé par France Inter ce lundi 22 janvier, avant de rénover cet hôtel à grands frais, certains députés pointent désormais du doigt de vastes appartements privés qui seraient occupés gratuitement par des fonctionnaires de l'Assemblée. Au total, près de 1700 m² seraient mis à la disposition des fonctionnaires sans que ces derniers n'aient à débourser de loyer.

La radio publique révèle que «le secrétaire général de l'Assemblée nationale, qui serait rémunéré à hauteur de 18.000 euros net par mois, disposerait d'un logement de 182m² ainsi que d'un majordome, qui lui, bénéficierait d'un appartement de 49 m²».

Train de vie

Quant au directeur de cabinet du président de l'Assemblée, il disposerait d'un appartement de 149 m² en plus d'un salaire 10.000 euros net par mois. Toujours plus étonnant, le chef du département «génie climatique», rémunéré 7750€ par mois, tout comme celui du département électrique, occupent eux aussi des appartements de l'Assemblée. Respectivement 167 m² et 107 m².

Le document aurait été transmis à François de Rugy par le premier questeur Florian Bachelier, député LREM, d'Ille-et-Vilaine, fer de lance de ce combat depuis des mois et hostile au mois de décembre à l'achat de l'hôtel de Broglie.

Ce n'est pas la première fois que cet élu veut réduire le train de vie de l'Assemblée. Il avait agacé certains de ses collègues à l'automne en voulant annuler purement et simplement l'acquisition de l'hôtel de Broglie, développer la colocation ou le recours à Airbnb pour héberger les députés. Ces mesures avaient semé le trouble parmi les parlementaires. Ses collègues avaient critiqué un «coup de communication» et pris leur distance.

Partager sur