[Chronique] Juste : merci !

par Joao Daniel Cabaco 19 Décembre 2017

C'est ce genre de dimanche qui nous fait rêver. Ce genre de dimanche où la France est au centre du monde, plutôt sur le toit du monde.

 

Justine Braisaz d'abord, le matin puis Martin Fourcade en début d'après-midi en biathlon, et maintenant les handballeuses, qui vont hériter d'un autre statut, et d'un autre surnom, après leurs seconds titres de Championnes du Monde. Car ce qu'elles viennent de réaliser ici, ce n'est pas simplement du handball, c'est littéralement un coup de force, un coup de tonnerre envers toutes les nations nordiques, qui pourraient, en titre comparaison, être alliés aux terribles All Blacks. Car, comme eux, les Norvégiennes, Suédoises et Danoises sont nées avec un ballon entre leurs mains. Après avoir vaincu en demi-finale la Suède (24-22), les Françaises s'attaquent à la Norvège, le mur rouge, la meilleure équipe de handball au monde, qui reste sur un titre de Championne Olympique à Rio et de Championne du Monde au Danemark.

Rien ne laisser présager une victoire des Bleues. Et pourtant ! Héroïques de bout en bout, les tricolores ont su s'accrocher, à l'image des deux buts d'une Manon Houette légendaire sur son aile et qui a décroché des toiles d'araignées dans la lucarne norvégienne. Au contraire de la plupart des équipes, les Françaises ne se sont jamais faites décrochée, résistantes jusqu'au bout. Menant à la pause, avec une double infériorité numérique (11-10), les tricolores avaient peur du retour du bâton. Sauf qu'il n'y a rien eu. Totalement perdues sur le terrain, les Norvégiennes ont laissé les Françaises prendre les devants (15-12). Et même si les Tricolores ont eu un petit passage à vide qui a laissé les Norvégiennes passées devant (19-20), elles ont tout réussi. Et c'est Alexandra Lacrabere qui a offert la victoire aux Bleues, sur un dernier tir dont son envol aura pris de longues secondes, et nous a fait peur. Amandine Leynaud a arrêté le dernier tir norvégien, comme une image, un symbole : la Norvège est stoppée là, nette et sans bavure, par une France plus entreprenante, plus forte et surtout plus grande.

Bref : LA FRANCE EST CHAMPIONNE DU MONDE.

Partager sur

Nosferatu, une symphonie de l'horreur

par Emma Tremembert 17 Avril 2018

Debussy : révolution éclectique

par Raphaël Godefroid 01 Avril 2018