Crise au CNNum : Marie Ekeland claque la porte sur fond de polémique raciste

par La Plume Libre - rédaction web 19 Décembre 2017

Marie Ekeland a démissionné de la présidence du Conseil national du numérique, suite au renvoi de la militante féministe et "antiraciste" Rokhaya Diallo pour ses propos fortement polémiques. Le gouvernement assume cependant sa décision : Mounir Mahjoubi affirme que « le Conseil national du numérique doit être proche du gouvernement ».

La crise a éclaté. Marie Ekeland a annoncé mardi qu'elle démissionnait de son poste de présidente du Conseil National du Numérique (CNNum), qu'elle occupait depuis à peine une semaine. En cause, une polémique virulente autour de la nomination de la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo. Le gouvernement avait demandé à Marie Ekeland de revoir sa copie et de remplacer l'écrivaine. Elle a finalement choisi de claquer la porte. «Les réactions qui ont suivi cette nomination me font mesurer à quel point mon pari était osé et innovant», explique l'entrepreneuse dans un communiqué. «À quel point, dans notre pays, nous ne voulons pas entendre des voix dissonantes. À quel point nous ne savons plus débattre sereinement de nos divergences de vue. À quel point nous avons du mal à nous mettre à la place des autres. À quel point réseaux sociaux et immédiateté du jeu politique alimentent la violence de la parole et la stigmatisation. Cela me peine de voir notre pays aussi loin des valeurs démocratiques qui sont les miennes.» L'économiste Pierre-Yves Geoffard, membre du Conseil, a également démissionné de cette mission, qui est volontaire et non rémunérée.

Des propos qui fâchent

Rokhaya Diallo avait été écartée pour ses propos très douteux : "ce que dit Oussama Ben Laden n'est pas faux", avait-elle dit. Elle avait signé des pétitions anti-Charlie et hurlait sans cesse au racisme d'Etat, ce qui est profondément faux. Elle se dit victime d'un acte "lâche et raciste" et pense qu'elle a été écartée à cause de sa couleur de peau, ce qui a créé de vifs débats sur Twitter et dans la communauté politique française.

La nouvelle composition du CNNum a été présentée la semaine dernière. En accord avec le secrétaire d'État au numérique, qui avait décidé de laisser plus de liberté que de coutume à la présidente, Marie Ekeland avait fait le choix d'une équipe non pas composée seulement d'experts du numérique, mais aussi de membres de la société civile. Rokhaya Diallo avait ainsi été choisie pour son engagement contre la haine en ligne. Sa présence avait néanmoins été dénoncée par plusieurs personnalités, comme la députée LR Valérie Boyer qui s'indignait de ses propos sur les femmes voilées. Sa nomination a aussi fait grincer des dents au gouvernement. Rokhaya Diallo, qui dénonce régulièrement ce qu'elle qualifie de «racisme d'État», avait appelé fin novembre le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer à porter plainte contre elle pour l'usage de cette expression.

Une nouvelle composition avant 2018

Mounir Mahjoubi, de son côté, assume sa décision. «Après cette nomination, tout le monde a oublié le CNNum et ce qu'il était censé faire. Le débat s'est porté sur d'autres sujets. Cela l'a rendu inaudible et incapable de travailler sur ses missions», a assuré le secrétaire d'État au numérique, dans une interview accordée mardi au Figaro.

L'enjeu crucial est celui de l'indépendance du CNNum. Cette entité est chargée de «formuler de manière indépendante et de rendre publics des avis et des recommandations» sur le numérique, afin d'orienter les politiques du gouvernement sur le sujet. Néanmoins, ses membres sont nommés par arrêté du Premier ministre, sur proposition du secrétaire d'État au numérique. «J'ai signé le décret, j'étais là à la nomination. Il n'y a eu aucune surprise. Le problème, ce sont les réactions et l'incapacité du CNNum à travailler dans la sérénité», insiste Mounir Mahjoubi. «Il ne s'agit pas d'une association, d'un parti politique ou d'un lobby. Le CNNum doit être proche du gouvernement pour nous orienter, et le gouvernement lui fait confiance sur ces sujets. Ce n'est pas une force d'opposition, même si conseiller peut signifier dire quand ça ne va pas. C'est cet équilibre subtil qui a été cassé.»

Mounir Mahjoubi a lui même été président du CNNum entre 2016 et 2017. À cette occasion, il a plusieurs fois exprimé son désaccord sur des projets de loi, notamment sur l'exploitation du fichier TES. La nouvelle composition du CNNum doit être annoncée avant le début de l'année 2018. «Le CNNum acquiert sa confiance grâce aux gens qui le composent», conclut Mounir Mahjoubi. «La prochaine composition sera faite d'experts du numérique. Elle aura aussi une plus grande représentativité des quartiers, de la ruralité. Je ne vois aucune crise de confiance sur le sujet.»

Partager sur

Nosferatu, une symphonie de l'horreur

par Emma Tremembert 17 Avril 2018

Debussy : révolution éclectique

par Raphaël Godefroid 01 Avril 2018