La Corée du Nord a tiré un missile inédit mercredi : ce que l'on en retient

par Stanislas Racine 30 Novembre 2017

La Corée du Nord a donc tiré, mercredi 29 novembre, un nouveau missile appelé Hwasong-15. Les premières photos de propagande du nouvel engin, tiré de nuit, en présence du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, sont effarantes - et nous apprenent beaucoup de choses.

Comme d'habitude, en l'absence d'informations techniques précises sur le programme militaire secret, les analystes occidentaux profitent des moindres détails visibles sur les photos officielles pour essayer d'en savoir plus. Et le premier élément visible est la taille de l'engin, clairement plus gros que les précédents. Signe de cette grande taille, le camion spécial qui le transporte et le met en position verticale avant le lancement est un modèle chinois modifié, avec un essieu de plus, neuf au total. Sa taille est comparable avec les grands missiles intercontinentaux (ICBM) déployés par les grandes puissances nucléaires.

La taille est un paramètre important pour ce type d'engin, puisqu'elle est indicatrice de la quantité de carburant qui peut être emportée, et donc de la portée maximale.

L'autre modification la plus visible est le diamètre plus important du deuxième étage. Quand le premier étage a fait décoller l'engin, et n'a plus de carburant, il se sépare, et c'est le deuxième étage qui prend le relais et continue d'accélérer la charge utile (la bombe) jusqu'à la vitesse maximale. Or avec un diamètre plus important, le nouvel deuxième étage a peut-être un nouveau moteur-fusée, mais doit surtout pouvoir emporter plus de carburant, pour une vitesse plus élevée, et donc une portée accrue. Un dernier étage plus large donne aussi plus de place pour emporter une charge encombrante sous la coiffe protectrice.

La dernière différence du nouveau missile avec ses prédécesseurs Hwasong-14 et Hwasong-12 saute moins aux yeux, mais a rapidement été décelée par les analystes américains qui l'ont révélé sur Twitter: le moteur du premier étage a changé. Il comporte désormais deux tuyères, et n'est plus encadré par quatre petits moteurs dédiés au guidage de l'engin.

Kim Jong-un affirme que son pays est devenu un État nucléaire à part entière, capable de toucher le territoire américain, n'importe où.

Le Hwasong-15 est capable de frapper n'importe où sur le continent américain, a annoncé le dictateur nord-coréen, Kim Jong-un. Il a également ajouté que son pays était devenu un État nucléaire à part entière. Le tir a eu lieu du site de Sain-ni, dans le sud de la province de Pyongang, aux alentours de 19h17 (heure française) et l'engin s'est écrasé en mer du Japon après avoir parcouru près de 1000 kilomètres, précise l'armée sud-coréenne, indiquant avoir elle-même effectué un test de missile en réponse à cette «provocation».

Le tir le plus haut de tous ceux effectués par Pyongyang

L'Union of Concerned Scientists (UCS), un groupe américain indépendant de scientifiques et de citoyens travaillant notamment sur la sécurité, a, de son côté, ajouté qu'on ignorait la charge transportée par le missile et qu'on ne savait pas non plus s'il était capable de transporter une grosse ogive nucléaire aussi loin.

Ce nouveau tir de missile, le premier depuis le 15 septembre, annihile les espoirs d'apaisement. Le pays a déjà reçu neuf séries de sanctions imposées par le Conseil de sécurité depuis son premier essai nucléaire en 2006. Washington applique ce qu'il appelle «la pression et les sanctions maximales» pour empêcher la Corée du Nord d'atteindre le stade où elle serait en mesure de livrer une ogive nucléaire sur ses ICBM. Mais Kim Jong-un maintient que son pays effectuera plus de tests de missiles dans l'océan Pacifique pour affiner ses capacités.

 

Partager sur