Trump plaide pour la réintégration de la Russie au G7

Trump plaide pour la réintégration de la Russie au G7

Après une première passe d'armes avec Emmanuel Macron et Justin Trudeau, le président américain entend jouer son rôle de trouble-fête au Canada. Le Président Donald Trump a donc déclaré vendredi que la Russie devrait être réintégrée à un groupe principal de nations industrialisées, autrement dit le G8, et ce, en amont de sa visite au sommet du G7 ce week-end.

À défaut de pouvoir s'y soustraire, Donald Trump paraît décidé à consolider son image de trouble-fête au G7. Au moment de s'envoler pour le Canada vendredi matin, il a ajouté un sujet de contentieux à ceux qui l'opposent déjà à ses alliés européens,leur suggérant de réintégrer la Russie au sommet annuel des nations industrialisées. Vladimir Poutine en a été banni après l'invasion de l'Ukraine et l'annexion de la Crimée en 2014. «Pourquoi avons-nous cette réunion sans la Russie?», a-t-il lancé. Le G8 était donc devenu un G7, et ce, depuis désormais quatre ans.

Calibrée pour dévaluer un peu plus le G7, cette saillie s'ajoute à une passe d'armes avec ses homologues canadien et français. Devant la presse jeudi, Justin Trudeau a promis de dire à Trump ce qu'il pense de ses droits de douane sur l'acier et l'aluminium «de manière directe et franche. J'ai toujours défendu les intérêts canadiens et souligné nos désaccords, mais dans un contexte poli et cordial», a-t-il déclaré. À ses côtés, Emmanuel Macron s'est dispensé des formes: «On dit que le président américain s'en fiche, mais personne n'est là pour toujours, a lâché le chef de l'État. Les six membres du G7 sans les États-Unis représentent ensemble un plus grand marché que le marché américain. Il n'y aura pas d'hégémonie mondiale si nous savons nous organiser entre nous.»

En relayant son attaque sur Twitter, le président français a porté le combat sur le terrain de Trump, s'assurant d'une riposte. «La volonté d'avoir un texte signé par sept pays ne doit pas l'emporter sur le contenu», a-t-il écrit en deux temps. «Le président américain se moque peut-être d'être isolé, mais ça ne nous dérange pas non plus de signer un accord à six pays si nécessaire.» Sur quoi le chef de la Maison-Blanche a tapoté une rafale de tweets sur le clavier de son téléphone, dénonçant «les entraves au commerce totalement injustes envers nos fermiers, travailleurs et entreprises», la «feinte indignation» de Justin Trudeau, un déficit de «151 milliards de dollars» avec l'Europe (gonflé au passage de 50 % par rapport à la réalité) et concluant, bravache: «Impatient de les revoir.»

En réalité, Trump se serait passé de ce détour par le Canada avant son sommet avec le Nord-Coréen Kim Jong-un à Singapour mardi prochain. Pendant plusieurs jours, il a sondé ses collaborateurs sur la possibilité de s'y faire représenter par son vice-président, Mike Pence, comme lors du sommet des États américains en avril au Pérou. Le message de désunion dans le camp occidental qu'aurait envoyé l'absence de Trump n'a pas suffi à le convaincre, mais la mise en garde qu'il risquait d'apparaître comme fuyant une confrontation musclée a fait la différence. «Le président ne désarme pas, a assuré jeudi son conseiller économique, Larry Kudlow. Il est à l'aise avec ces questions difficiles.»

Un effort déplaisant

Il n'empêche que le G7 n'est pas de son goût. Il y voit une perte de temps et un effort déplaisant de coercition internationale. «Il préfère les visites où il est reçu avec les honneurs à ces sommets où tous les dirigeants sont traités en égaux», relève le Washington Post. L'an dernier à Taormina, en Sicile, Trump n'avait pas apprécié que les Européens lui fassent «la leçon» sur les enjeux climatiques et avait refusé de signer la déclaration commune sur ce point. Cette année, il s'esquivera du Québec de manière anticipée samedi matin, avant une session sur la pollution des océans, laissant sur place un simple «assistant adjoint» de son conseil économique, Everett Eissenstat.

La «querelle de famille» minimisée jeudi par Kudlow risquait de se refléter sur la «photo de famille» prévue vendredi. Depuis le retrait de l'accord nucléaire iranien et l'imposition des tarifs douaniers, la relation s'est nettement dégradée entre la Maison-Blanche et les capitales alliées. Trump a enchaîné fin mai des conversations téléphoniques «acerbes» avec Macron, Angela Merkel et Theresa May, qui s'attend à des manifestations lors de sa visite à Londres en juillet. Le style Trump s'est particulièrement exprimé face à Trudeau: «Et vous n'avez pas brûlé la Maison-Blanche?», lui a-t-il lancé pour justifier son invocation de la sécurité nationale américaine. L'armée britannique avait brûlé la présidence en 1814 en représailles à l'incendie de York (Toronto) par les Américains l'année précédente.

Les tensions avec les États-Unis au G7 ne sont pas nouvelles, comme lors de l'invasion de l'Irak en 2003, rappelle un diplomate: «Mais il est difficile de trouver un précédent où les alliés sont traités en adversaires tandis que la Chine, la Russie et même la Corée du Nord ont droit à une main tendue.»

Un sommet entre Trump et Poutine ?

Les Etats-Unis et la Russie discutent d'une possible rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine, a déclaré aujourd'hui une source diplomatique russe citée par l'agence de presse RIA.

"Nous songeons à un sommet présidentiel et dans nos conversations avec nos partenaires américains, la question a été soulevée. Mais il n'y pas encore d'accord", a dit ce diplomate.